Aeropicus

CHINE : 7 RAISONS DE LA VISITER !

Pour venir découvrir ce pays, il faut être apte au changement, à la positivité ou du moins savoir relativiser.

Pourquoi la Chine ?

Je me suis déjà entendue demander : pourquoi as-tu décidé de t’exiler en Chine ?

Selon la personne qui le demande et son taux d’intérêt pour le sujet, la réponse varie. Que la curiosité soit d’ordre poli, un brin accusateur ou curieusement curieuse, on cherche les bons mots qui sauront toucher l’interlocuteur.

L’exercice peut parfois être ardu mais bien mené, il a les propriétés de nous réconforter dans notre choix et de remettre les pendules à l’heure.

Aujourd’hui, je vous parle à vous, lecteur anonyme, plein d’une curiosité non catégorisée.

Pour poser le contexte, j’ai fini mes études l’an passé par un séjour de quatre mois en République populaire de Chine, à Chengdu. On avait le choix entre le Brésil et ses bikinis ou bien le smog de l’empire du Milieu. Le deuxième choix m’a paru carrément plus sexy. Amatrice de Kung-fu et en apprentissage difficile du mandarin depuis 4 ans, j’avais déjà une certaine attirance pour le pays.

J’y suis allé. J’ai fait du Kung-fu. J’ai pas vraiment bossé mon chinois. Mais quelle claque !

J’ai baigné dans un nouvel environnement qui, une fois le séjour fini, m’a tortillé les ventricules de nostalgie. Il me fallait y retourner coûte que coûte.

J’ai à peine défait mes valises. J’ai attendu 5 mois mon visa. J’y suis retourné.

Si vous voulez savoir le pourquoi du comment, je vous fais une liste :

1. Feel Good Inc 

On se sent bien en Chine.

Ou devrais-je dire, je me sens bien à Chengdu. Chengdu, 成都. 15 millions d’habitants, 4ème puissance économique de Chine, temple de la nourriture épicée et havre de paix pour pandas en mal de libido… Toute personne ayant transité par la capitale du Sichuan vous le dira, ici, on prend son temps. Le temps de vivre, de boire du thé, de discuter ou de flâner dans l’un des innombrables parcs.

Je ne dis pas que ça glandouille à longueur de journée mais plutôt que l’on trouve une rare douceur de vivre. Les échanges humains restent présents et spontanés malgré l’inévitable forêt d’écrans qui jalonnent notre vie moderne, ici et parfois plus qu’ailleurs.

Je me sens bien parce que le regard d’autrui n’est pas lourd de jugement. Lourd de curiosité, oui et si jugement il y a, alors il est discret. Ou peut-être qu’ici le regard d’autrui ne m’atteint pas du tout.

Pourquoi ? Parce que tous les styles et les manières d’être se côtoient dans le plus grand des calmes et que la populace à l’air de se battre méchamment les flancs de votre différence. L’uniformité n’à pas encore atteint l’apparence et les façons d’être. Je peux descendre pépounet acheter mes nouilles et ma brosse à WC en chausson si l’envie m’en prend.

Au sein de l'empire du milieu, tous les goûts et les couleurs sont représentés

2. Feel safe

Un troisième point fera mouche principalement auprès des chromosomes XX, nous autres femelles. Je cite : la sécurité. Diantre, qu’il est bon de se sentir en sécurité en tout point d’une ville, si ce n’est dans une bonne majorité d’un pays. Jamais je n’ai expérimenté les quolibets et autres sifflements désagréables que j’entendais quotidiennement en France. 

À aucun moment, je ne me suis mentalement attardé sur le chemin que j’allais emprunter pour rejoindre un bar en soirée. Jamais je ne me suis posé de question sur la teneur de ma tenue. JAMAIS. Bowdayl. Et la seule tentative libidineuse dont j’ai été victime dans le métro s’est achevée par un retrait précipité de l’agresseur dès que je l’ai aidé à descendre à la station suivante.

Je ne me suis jamais sentie en danger en me baladant pépouze le long des streets de Chengdu à 4 du mat en mini jupette et maquillage de guerrière.

L’extase.     La liberté.     La sérénité

3. Apprendre le Chinois

Quoi de mieux que de vivre dans le pays concerné pour en apprendre sa langue. En termes de progression, 4 mois ici m’ont été autant bénéfiques que 4 années de labeur en France. Quand on écoute chinois, lit chinois, se brosse les dents chinois, respire chinois toute la sainte journée … on fourni des efforts sans s’en rendre compte. Le fait de baigner dans le mandarin et de savoir qu’on en a directement l’usage renforce la volonté d’en poursuivre l’apprentissage CHAQUE jour. À la seule condition d’être venu dans cette optique bien sûr.

C’est gratifiant et relaxant de pouvoir explorer un pays sans que la communication soit une barrière. Gratifiant de pouvoir interagir avec les locaux, de leur permettre de vous voir différemment et d’en apprendre davantage sur diverses situations.

On a le sentiment d’acquérir un super pouvoir.

4. Les Chinois et leur culture

Ok. Avant de partir, j’avais aussi cette image récalcitrante du chinois en bicyclette qui crache partout et mange du chien.

Même si les vélos partagés sont revenus en force et que pas mal de Chinois nous gratifient de raclements de gorge à en faire pâlir l’échelle de Richter, il y a énormément de facettes à découvrir. Et l’exercice est fascinant tant nos cultures sont éloignées. Si vous n’êtes pas dans l’optique de défendre corps et âme la cause du Tibet, beaucoup de points peuvent cependant être librement discutés.

Une chose est sûre, la chaleur des Chinois est à la hauteur du taux d’épices d’un hot pot Sichuannais. À Chengdu particulièrement et dans les autres endroits que j’ai pu visiter, j’ai toujours rencontré une gentillesse d’une spontanéité rassurante. Attention, je n’affirme pas que l’entière population chinoise est digne de mère Teresa, la connerie sans frontière est une réalité valable à toute la planète. 

À ce jour, j’ai seulement gratouillé la surface d’une culture millénaire et d’une population confrontée à des changements rapides et perpétuels.

De longues affichent couvrement de caractères chinois ornent le mur

5. La Chine, terre d’abondance culinaire

Mon sujet PHARE. Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis revenue uniquement pour la nourriture mais presque. Oubliez les nems et autres buffets à volonté qui jalonnent nos contrées. RIEN À VOIR ! La Chine propose tout un tas de saveurs nouvelles et merveilleusement agencées entre elles. Du poulet Gong bao aux poissons braisés en passant par les hot pot (bouillon chinois) et les raviolis vapeurs, il y en a pour toutes les papilles. A chaque province chinoise, son caractère et ses spécialités culinaires.

C’est sans compter sur l’internationalisation des choix. Vous aurez l’occasion de manger de très bons mets thaïlandais, japonais, indiens, vietnamiens, mexicains et j’en passe.

Le plus confortable dans l’histoire, c’est qu’il y aura toujours quelque chose à porter d’estomac à toute heure.

Les marchands ambulants de nouilles attendent les fêtards imbibés à la sortie des boîtes. Certains restaurants restent ouverts H24

Pour ceux qui se demandent ce que vaut l’hygiène : bien qu’elle soit quelque peu déplorable en cuisine, il n’y a à ce jour aucun problème gastrique à déplorer. Vous saurez, de toute manière, identifier par vous même les commerces à fuir.

6. WTF ambient

En Chine, on apprend deux choses fondamentales. La patience et la capacité à ne plus s’étonner de rien. Vous verrez toujours au cours de votre journée un élément complètement au-delà de vos normes sensorielles. L’ennui n’est que nomade conception et les zygomatiques dansent la java. Mais comme je le disais dans le point n°1, toutes les manières d’être se côtoient et là où vous pourrez rire, un Chinois ne s’en émouvra guère. À chacun sa sauce. 

7. Les paysages

Là encore, j’ai été bluffée. C’est seulement avant de venir que j’aie commencé à m’intéresser aux paysages urbains ou naturels à voir au sein de l’empire du Milieu. En bref, la bucket liste est longue.

Du côté naturel, de la jungle aux déserts en passant par des cimes enneigées et leurs glaciers, la Chine est d’une diversification impressionnante. Tous les goûts sont dans la nature à ce que l’on dit. Chacune des 23 provinces comporte un aspect et un climat qui lui est propre. Et à l’image de la Chine, chaque paysage vous offre une impression de démesure saisissante.

Il en va de même du côté urbain. Du mastodonte occidentalisé Shanghaï à la plus traditionnelle Pékin sans oublier la plus rurale mais non moins développée Chengdu, vous trouverez la ville chinoise qui répondra à vos attentes et vous fera vous sentir bien. Et pour les moins friands des espaces peuplés, la Chine présente encore de nombreux villages où les aspects traditionnels rythment encore la vie de leurs habitants. L’empire du milieu, c’est une boule à facette des plus fascinante où chaque face possède son opposé. Un aspect binaire qui, de fait, nous perd et nous captive.

Pour venir découvrir ce pays, il faut être apte au changement, à la positivité ou du moins savoir relativiser. Ces trois ingrédients en poche, vous pouvez commencer à vous détendre à travers cet incontestable bordel organisé ambiant. Observez. Observez les couleurs, les échanges, les instants de vie. Traversez cela à votre rythme, à votre manière puis à votre tour, venez m’en dire des nouvelles.

En somme, que cela vous plaise ou non, vous l’aurez vécu.

Laisser un commentaire

massa facilisis id, Phasellus ut in elit. mattis Nullam Lorem consequat. ut