Aeropicus

Jiaju : plus beau village de chine ?

Janvier 2019. 

Je décide de repartir en excursion. Les dernières remontes déjà à quelques mois (Shanghai et Siguniang). Internet m’indique que le mois de janvier ne se prête pas aux tourismes dans le Sichuan. En cause, les routes enneigées et le froid polaire des régions reculées. Je me rencarde, pas de neige. 

Je jette mon dévolu sur le Xian de Danba. Comprenez par là le district, ou le comté de Danba. L’endroit est réputé pour ses villages tibétains. Notamment celui de Jiaju, considéré comme le plus beaux de Chine. Les villages de Zhonglu et Suopo sont également réputés. Tous se situent aux alentours proches de la petite ville de Danba.

Leurs particularités ? 

Il sont situés à flanc de montagne et ils renferment :

  • Uniquement des maisons tibétaines
  • Des champs en terrasses
  • Des tours de gardes bien particulières 

Observez le tout en une photo : 

Le village de Jiaju non loin de la ville de Danba dans la province du Sichuan en Chine

À présent, place à ma courte épopée. 

De Chengdu à Jiaju en passant par Danba

Le tout commence avec une réservation d’un hôtel sur Booking. Il me contactera une heure plus tard m’indiquant qu’il a annulé ma réservation. Il m’indique que les coupures d’électricité sont trop fréquentes en hiver. Il m’invite à venir fin mars, quand les fleurs blanches des poiriers donneront une touche féerique au paysage.

C’est tentant mais je n’ai pas envie d’attendre. Je veux sortir de Chengdu. Je déniche un autre hôtel qui ne m’indique aucune contre-indication à mon envie touristique. 

Le jour J, une pote dans les bagages, ce sont 7 heures de bus sur une route sinueuse et un poil chaotique qui me mènent à Danba. 7 heures, ça passe crème ici. Ça laisse le temps de déconnecter de son quotidien, de lire, d’écouter des podcasts et de se baver dessus lors d’une somnolence passagère. 

Arrivées dans la ville de Danba, un chauffeur commandité par l’hôtel vient nous cueillir pour nous conduire au village de Jiaju. Notre hôtel est situé à l’entrée du bourg et surplombe la majeure partie de la vallée. L’emplacement est parfait. 

La famille qui gère l’hôtel nous accueille et, sans attendre, nous fait passer à table dans leur propre cuisine. Ma panse en a pleuré de plaisir. Voilà longtemps que je n’avais pas mangé une cuisine aussi qualitative. C’est rare à Chengdu. 

Aparté nourriture : j’ai un nouveau plat favori en Chine. Les oeufs façon laozao (vin de riz glutineux fermenté – 醪糟蛋) au beurre. La fermentation donne un goût de brioche au tout. L’oeuf est magnifiquement éclaté en centaines de petits morceaux avec une texture similaire à celle de la mozzarelle. Le beurre n’est autre que l’ingrédient secret secret de nos hôtes. Il rajoute un goût de crème des plus soyeux. 

Nous papotons et nous mangeons. Le thé coule à flot. Le feu ronronne dans la chaudière centrale sur laquelle les plats gardent une température idéale. 

Puis une coupure d’électricité s’est jointe aux festivités. 

Une fois dans l’hôtel, nous comprenons vite que nous serons les deux seules clientes de la nuitée. Peut-être même de la saison. L’endroit est grand, sombre et il y fait un froid glacial. 

Il est 19 heures, les batteries des téléphones sont à plat. Nous décidons de nous coucher. 

Il fait encore plus froid sous les draps qu’en dehors. Mes pieds sont glacés, mes yeux sont grand ouverts, mes pensées sont en cavale dans un univers sombre. S’il y a bien quelque chose qui titille mon moral, c’est d’être exposée au froid de manière désagréable. Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive dans le Sichuan. J’aime à penser que cela étoffe ma résistance physique. 

4 heures plus tard, l’électricité revient. Flamboyante. Promesse de chaleur. Quelques effusions de joie et deux couvertures chauffantes dénichées plus tard, le sommeil m’engloutit. 

En hiver, le soleil brille à Danba

Le lendemain matin, le petit déjeuner nous attend dans la cuisine. Exquis. Le tofu crémeux donne un goût de fromage bleu au gruau de riz. Le thé rouge au lait nous réchauffe les tripes. La patronne veille à ce que nous nous sustentions jusqu’à plus faim. Avec trois filles au compteur, nous sentons une bienveillance maternelle sous le ton bourru. Elle est contente que nous parlions chinois. En général, quand elle accueille des étrangers, les échanges se cantonnent à des gestes et des sourires. 

Le repas engloutit, elle nous indique la route à suivre pour assister au mariage du jour. 

 » Excusez moi, quel mariage ?  » –  » Celui du coin du bout du bord de la route « 

Ce n’était pas prévu au programme. Mais l’idée est séduisante. Ce n’est pas tout les jours que j’ai l’occasion d’assister à un mariage tibétain.

Dehors, le soleil est vif. Aveuglant. La multitude des maisons traditionnelles tibétaines qui forment le village de Jiaju sont  disséminées au sein de la vallée. Une merveille . 

Jiaju est un village tibétain atypique en Chine

Mariage tibétain inatendu 

Nous serons récupérées sur le chemin par une paire de locaux. Un père, sa fille et leur voiture. Eux aussi se rendent au mariage. 

Allez.

Les festivités se tiennent dans un champ de maïs fauchés jouxtant la maison des mariés. Là se dressent un chapiteau, une cinquantaine de tables et une foule déjà bien garnie. Des grands-mères entourent une énorme bassine remplie d’eau chaude dont un feu lèche les pourtours. Elles nous disent que ça leur tient chaud. 

Des cuisiniers s’activent dans une cuisine improvisée. Là encore, des bassines de tailles conséquentes sont déjà remplies de nourriture. 

Les invités arrivent en flot continu.Certains arrivent par la route,  d’autres par le champ de maïs, d’autres encore par la forêt nous surplombant. 

Peu après, une procession formée d’une centaine de personnes fait son apparition. Chaque membre la composant tient en ses mains deux rubans blancs. Tour à tour ils viendront s’incliner devant le marié et la mariée avant de leur passer ladite écharpe autour du cou. C’est un hǎdá哈达, pour la chance me dit on.

Traditions d'un mariage tibétain en chine

S’en sont suivie des chants, des danses et un génocide collectif des victuailles. 

J’ai été surprise par la facilité de communication avec la plupart des personnes présentes. Les gens cherchaient aisément notre regard. Une fois attrapé, il ne le fuyait pas. Au contraire, ils cherchaient à communiquer. Le fait de parler chinois a encore une fois été d’une belle utilité. 

Nous avons pris congé une fois le ventre plein. 

Jiaju est considéré comme étant le plus beau village de Chine

Jiaju est-il le plus beau village du district de Danba ?

Le restant de l’après-midi, nous sommes parties explorer la partie supérieure du village de Jiaju. Entre route et champs de maïs, nous avons gentiment vagabondé. L’endroit est calme. Apaisant. 

Le paysage est aride et l’hiver a mis à nue la structure brute de son squelette. Les maisons tibétaines, peintes de blancs, de noires et de rouges, ressemblent à de petits châteaux forts avec leurs tourelles. 

Au loin, nous apercevons quelques tours fortifiées (ou Diāolóu – 碉楼). Elles seraient âgées d’environ 800 ans. Elles auraient servi comme tours de guet, mais également de stockage de marchandises. L’endroit faisait partie de l’ancienne route du thé et du cheval. Dans le même principe que la route de la soie, elle connectait le Tibet au Sichuan et au Yunnan. Ces tours sont la grande curiosité du Xian de Danba. Le village qui en compte le plus est celui de Suopo à 30 minutes de là. 

Malheureusement, nous n’aurons pas pris le temps de la visiter. Une prochaine fois.

Peut-être à la saison des fleurs de poiriers. 

Quant à qualifier le village de Jiaju de plus beau de Chine, il me faudrait déjà pouvoir me targuer d’avoir visité une multitude d’entre eux si ce n’est tous. En tout cas, peu mécontente de ce voyage, j’ai inscrit une nouvelle pépite à la liste de mes voyages chinois. 

LE COIN PRATIQUE

Bus aller Chengdu – ville de Danba : 140 RMB

Bus retour – Ville de Danba – Chengdu : 139 RMB

Voiture Danba – Jiaju : 10 RMB

Voiture Jiaju – Danba : 60 RMB

Entrée de Jiaju : 50 RNB

Hôtel dans Jiaju : 280 RMB la nuit avec petit déjeuner compris 

Coordonnées de l’hôtel : 丹巴甲居三姐妹客栈 (13568289025 – ajoutez les WeChat et réservez directement auprès d’eux).

Sincèrement, je pense qu’il s’agit de l’hôtel avec le meilleur ratio qualité/prix de la vallée. L’endroit est propre, décoré avec goût, bien équipé et se situe au meilleur emplacement du village. De plus, la nourriture est divine et les patrons adorables. 

Repas à l’hôtel (trois plats et du riz) : 60 RMB

Pour finir, une carte utile : 

Pour retrouver l’intégralité des photos de ce voyage, rendez-vous sur Instagram :

Pour clore ce chapitre, voici une carte utile de Danba :

Carte de Danba en Chine

Laisser un commentaire

diam nec leo. adipiscing ipsum vel, et, felis Phasellus libero sed