Aeropicus

À Yibin, moi, du vin et la chine.

Mon métier c’est de vendre du – super bon – vin en chine. Ce mois-ci, j’ai participé à un salon de boissons alcoolisées. Ça s’est passé à Yibin, une petite ville reculée du Sichuan. Moins de 1 million d’habitants au compteur.

Toutefois, la ville ressemble à un chantier à ciel ouvert. Des hordes de travailleurs s’activent partout. Qui plante le gazon, qui construit les routes, qui dresse les lampadaires, qui fait sortir les buildings de terre. Impressionnant. Une fourmilière. 

Yibin, c’est également le genre de ville où le taux d’étranger au kilomètre carré est proche du thermomètre moyen de la ville de Nuuk. 

Bref, j’étais dans la place, prête à user de mon chinois et de ma tête de french lady afin d’écouler nos stocks.

Ce que j’allais expérimenter était loin de tout ce que j’avais vécu jusqu’à présent en Chine. 

À Yibin, les blondes bouclées aux yeux bleus d’1m80 qui parlent le chinois, ça ne court pas les rues et les salons. J’ai compté 4 ou 5 étrangers sur la centaine d’exposants. Tous vendaient également du vin en Chine. 

J’aurais donc attiré des hordes successives de curieux. 10 à 30 personnes s’agglutinaient régulièrement devant notre stand. À chaque fois, un sketch live s’offrait à moi. 

Dans un laps de temps plus ou moins bref, il fallait :

Servir du vin a tout ceux qui le demandaient. 99% des badauds étaient là pour profiter des dégustations gratuites. À juste titre ma foi, il n’est pas donné à tous de s’offrir du French vin en Chine. 

– Essayer de garder le contrôle de la bouteille qui pouvait vite se faire la malle.

– Ne pas s’énerver face à ceux qui au lieu de dire deux mots, faisaient deux onomatopées pour que je leur verse une goutte. 

– Discuter avec le seul client potentiel repéré au sein de la foule.

– Le voir se faire éjecter a l’autre bout du stand parce que quelqu’un veut de la place pour prendre un selfie avec vous.

– Se faire éjecter soit même de son stand parce qu’une autre personne a voulu se mettre à vos côtés pour faire un selfie.

– Se faire récupérer par 5 grands-mères qui veulent leur selfie respectif.

– Attendre qu’elles en prennent chacune respectivement 10 ¯\_()_/¯

– Refuser d’aller s’asseoir sur une chaise ou de plier les genoux parce que je suis jugée trop grande.

– Regarder dans toutes les directions où vous êtes appelé pour regarder les objectifs. 

– Se faire sans cesse tapoter l’épaule. Vous venez de dénicher un autre acheteur potentiel, mais vous ne regardez plus les objectifs. 

– Voir 5 personnes se pencher et checker la taille de vos gambettes :

Personne 1 : « Elle a des talons ? » 

Personne 2 : « Non, elle n’en a pas ! » 

Personne 36 : « Elle mesure combien ? »

Moi : « Coucou, je fais 1m80 les gars. » 

Personne 92 : « Elle parle chinois ? » 

Personne 1 :  « Je crois bien. »

Moi :  » Oui, oui, je comprends le chinois. » 

Personne personne : « Ton chinois est du tonnerre ! » 

Moi : « Allons, allons. »En Chine, on accepte à moitié les compliments en répondant « allons, allons ». Ça fait rire toute l’assemblée, car c’est une réponse bien d’ici. 

Je finis ma liste … 

– Se voir offrir des noix fraîches quand la salve est enfin partie <3 

– Recommencer la boucle au prochain groupe… 

Petite petite foule

Bref, j’ai compris que l’anarchie, ça ne mène pas à l’harmonie. J’ai aussi compris que ce n’était pas sympa de claquer des doigts pour attirer l’intention d’un animal au prétexte que ça fasse mieux sur la photo. 

Vous pourriez penser que je me plains. Qu’il y a pire comme expérience que de vendre du vin en Chine et de le déguster par la même occasion. Je ne me plains pas. Je garde de cette expérience un très bon souvenir. C’était carrément bidonnant et unique à vivre. Néanmoins, ça ne m’empêche pas d’être humaine et d’avoir observé mes sentiments valser d’un état à l’autre. Tantôt curieuse et amusée, tantôt fatiguée et exaspérée.

Encore heureux, je pouvais décrocher du comptoir et m’asseoir dans mon coin…

Attendez, c’est qui les deux types qui viennent de s’asseoir à côté de moi et qui me prennent en selfie ? 

Bref, c’était unique. Pour le moment.

 

Pour ceux qui voyageraient dans le coin, à une petite heure de Yibin se trouve la plus grande forêt de bambou du pays. Je ne l’ai malheureusement pas visité, mais elle est sur ma liste. Des scènes du célèbre film Tigres et Dragons y ont été tournés. Apparemment, ça vaut le déplacement !

Laisser un commentaire

id, et, vel, in quis, diam elit. vulputate,