Aeropicus

Pourquoi ce blog voyage ?

Mon aventure commence en Chine

En Chine, on mange des clébards à toutes les sauces et on se déplace à vélo en blouse à col Mao. Oh le beau préjugé. Peut-être pas le vôtre ni le mien, mais il faut bien reconnaître que vous et moi en cultivons certainement plus d’un autre par fainéantise ou naïveté …

Je ne suis pas la plus grande globe-trotteuse de la planète, mais voilà bientôt deux années que je me suis exportées au sein de l’Empire du Milieu. Plus précisément à Chengdu, dans la province du Sichuan où poussent les piments et les pandas. Je suis partie avec autant de connaissances sur la Chine que j’en avais sur l’élevage du bigorneau à poil dur. Pour un premier grand dépaysement, j’ai été servie sur le plan culturel. Quel choc !

Ce blog de voyage, c’est ma manière de rendre quelque peu justice à l’un des pays qui souffre le plus de préjugés. Ce blog de voyage, ce sont mes déambulations physiques et psychiques à travers ce pays fascinant où tout foisonne et s’oppose en permanence. Je vous invite à en découvrir les aspects culturels, les coins et recoins sympas à visiter et son wtf quotidien. En bref, de faire la lumière sur un coin du globe que l’on connaît encore peu.

Mon blog de voyage : il commence Chine, il se poursuivra ailleurs

Dans l’histoire, qui suis-je ?

Mon prénom on s’en tamponne. J’ai entre 20 et 30 ans.

Je travaille dans le commerce. Vaste domaine me direz-vous. Je commence a maîtriser le mandarin avec la petite pointe d’accent qui va bien et je vénère les nouilles cacahuètes aux épices du Sichuan.

J’ai toujours voulu ressembler à Lara Croft. Quoique, les guns en moins. Je pratique le Kung-fu et le MMA. J’ai également un fort penchant pour la gastronomie et je collectionne les Aéropics avec un grand A.

Blog voyage d'Aeropicus : une aéropic à Chongqing prise au Nikon D750

 Les Aéropics 

  • Aero : En référence à l’aérodynamisme qui qualifie l’apparence d’un corps en mouvement dans l’air et sa résistance à l’avancement.
  • Pic : L’abréviation pour picture.

En gros, tu te mets devant le décor à photographier, tu déplies tes ailes et tu patientes jusqu’à ce que l’obturateur immortalise ce moment de grâce. Rien de philosophique derrière tout cela, juste ma manière à moi de collectionner les endroits visités et d’y insuffler les souvenirs y ayant attrait.

Si vous voulez jeter un oeil sur la Chine quotidienne, les photos sont sur Instagram : 

Sur ce, bonne lecture !

amet, vulputate, nunc risus in ipsum et, quis